Auschwitz...

Louis Aragon


Auschwitz ! Auschwitz ! Ò syllabes sanglantes;
Ici l'on vit, ici, l' on meurt à petit feu.
On appelle cela l' exécution lente.
Une part de nos coeurs y perit peu à peu.


Limites de la faim, limites de la force:
Ni le Christ n'a connu ce terrible chemin;
Ni cet interminable et déchirant divorce
De l'âme humaine avec l'univers inhumain.

Ce sont ici des Olympiques de souffrance
Où l'épouvante bat la mort à tous les coups.
Et nous avons ici notre équipe de France,
Et nous avons ici cent femmes de chez nous.

Voici les cent fleurons de fer à l'auréole
Qui couronne de sang ce malheureux pays,
Les cent enseignements de la cruelle école
Où nous aurons appris l'amour d'avoir l'haï!